Actu

Loi Girardin industriel : 3 avantages clés pour optimiser votre fiscalité

CF ProfinaLa loi Girardin industriel s'est révélée comme étant un outil incontournable pour les personnes physiques souhaitant alléger leur impôt sur le revenu. Cela, tout en vous impliquant dans le développement économique des territoires ultramarins. En 2024, ce dispositif attractif continue d'offrir de nombreux avantages, dont voici les 3 points clés :   1. La réduction d'impôt conséquente L'atout [...]

Location meublée LMNP : comment booster vos profits ?

les différentes possibilités de booster vos profits LMNP.

 

Trouver le bon emplacement

Un logement bien situé est gage de bon rendement ; c’est pourquoi, la localisation est cruciale dans la recherche de profit sur le long terme. Par conséquent, prenez le temps de bien analyser la région où vous comptez investir, sachant que plus la demande locative est forte, meilleure sera votre rendement. En effet, les carences locatives sont amoindries, de même que les turn-overs de locataires.

Privilégiez les centres-villes de préférence et ce, en fonction de vos locataires-cibles, de même que la proximité immédiate. Exemple : les quartiers proches des universités si vous comptez faire louer à des étudiants, les zones touristiques si vos locataires sont des vacanciers, etc.

 

Proposer un logement meublé de qualité

Confort, sobriété énergétique, environnement serein et accueillant sont autant de paramètres importants pour séduire et fidéliser les locataires. En outre, puisque vous êtes appelé à meubler et équiper le bien vous-même, songez aux détails et à la qualité. Tous les goûts sont dans la nature certes, mais choisissez un ameublement léger et neutre, voire minimaliste.

 

Appliquer un loyer attractif

Le loyer doit être en rapport avec les attentes exprimées sur le marché local. Veillez à ne pas surcoter vos loyers, ou à l’inverse les décoter. Prenez le temps de comparer les fourchettes en vigueur pour le type de logement que vous comptez mettre en location.

Pour séduire davantage les locataires, vous pouvez proposer des services tels que ceux de la para-hôtellerieFaire louer un bien meublé est particulièrement avantageux du fait du statut fiscal qui l’accompagne : la location meublée non professionnelle (LMNP). Celui-ci présente de nombreux avantages, dont d’ordre fiscal. Par ailleurs, en plus de la possibilité de percevoir des revenus réguliers et stables que sont les loyers, vous profitez d’un très bon rendement qui avoisine les 5% par an dans le cas des meilleures exploitations. Dans [...]

Comment évaluer la rentabilité finale d’un investissement Pinel ?

La loi Pinel est le dispositif le plus adéquat, en particulier si vous êtes soumis à une forte charge fiscale. La loi Pinel propose en effet de nombreux avantages fiscaux en contrepartie d’un certain nombre de contraintes qui peuvent influencer la rentabilité finale de votre investissement.

 

En effet, vos loyers doivent être calculés en tenant compte des plafonds fixés par la loi, ce qui vous contraint à bien anticiper, avant même d’investir, en réalisant différentes simulations. Sachez également que le Pinel exige un engagement d’une durée minimale de 6 ans. En fonction de vos besoins, celle-ci peut être rallongée à 9 ans, voire jusqu’à 12 ans. Ce qui vous donne droit aux taux de réduction d’impôt de 9%, 12% ou 14% pour un investissement Pinel 2024. En revanche, vous profitez des taux de 12%, 18% et 21% si vous optez pour la loi Pinel Plus.

 

Cet article vous éclaire sur les étapes clés pour une analyse précise, vous permettant d’évaluer la rentabilité finale de votre investissement.

 

Dégager la rentabilité brute

La première étape consiste à dégager la rentabilité brute. Elle s’obtient en divisant le loyer annuel hors charges par le prix d’acquisition.

Déterminer la rentabilité nette

Le calcul de la rentabilité nette fait intervenir la rentabilité bruteInvestir dans l’immobilier neuf et défiscaliser fait partie de vos principaux objectifs ? La loi Pinel est le dispositif le plus adéquat, en particulier si vous êtes soumis à une forte charge fiscale. La loi Pinel propose en effet de nombreux avantages fiscaux en contrepartie d’un certain nombre de contraintes qui peuvent influencer la rentabilité finale de votre investissement.   En effet, vos loyers doivent être calculés en [...]

Définir ses besoins à la retraite pour bien gérer son PER

le PER permet une sortie en rentes viagères et/ou en capital.

La gestion de votre plan est donc fonction de vos objectifs financiers qui seront déterminés sur la base de tous les éléments susmentionnés. Vous avez le choix entre plusieurs options : 

  • ouvrir un PER dès votre jeune âge et y verser des sommes d’argent régulièrement selon vos possibilités
  • ouvrir un PER sans tenir compte de votre âge et y verser une importante somme d’argent en une seule fois – il s’agit d’un versement unique. Cette option est particulièrement intéressante si vous êtes à quelques années du départ à la retraite, ou encore si vous avez bénéficié d’un héritage de taille que vous avez converti en numéraire
  • ouvrir un PER et réaliser des versements programmés dont le montant est fixé à l’avance, de même que la périodicité. Ce qui assurera une croissance intéressante de l’épargne au fur et à mesure, dans le temps

 

À quel âge partir à la retraite ?

Vous pouvez décider de l’âge auquel vous quitterez la vie active – si vous comptez prendre votre retraite plus tôt (selon la durée de votre carrière) ou plus tard. En France, l’âge légal est de 64 ans pour ceux qui sont nés à partir du 1er janvier 1968Le départ à la retraite s’anticipe, non seulement sur le plan financier, mais aussi en ce qui concerne les besoins, le moment venu. Il est donc important de bien définir ces derniers afin de planifier la gestion de vos finances et celle de votre placement destiné à cet effet, tel que le Plan d’épargne retraite PER.   Prévoir environ 70% du revenu annuel moyen De manière générale, et afin de conserver un [...]

Le private equity en assurance-vie : investir dans des actifs tangibles

les supports dits en unités de compte de l’assurance-vie : les fonds cotés en bourse (ou public equity) et ceux non cotés (private equity). Dans cet article, nous allons aborder l’investissement dans les fonds de private equity qui sont composés d’actifs tangibles dans votre portefeuille d’assurance-vie.

 

Les fonds de private equity ou capital-investissement

Ces fonds sont investis dans le capital de sociétés non cotées qui, tout comme ceux du public equity, présentent des niveaux élevés de perte en capital. Toutefois, leur rendement est particulièrement attractif, pouvant aller jusqu’à 11.4% qui est une moyenne annuelle.

Les fonds de capital-investissement, qui sont des sociétés civiles à capital variable, doivent être détenus sur une longue période afin de jouir pleinement de ces rendements – allant de 10 ans à 15 ans.

Exemples d'actifs non cotés : 

  • les placements immobiliers pierre-papier tels que les SCPI, les SCI, les SARL immobilières
  • les placements dans les terres agricoles, les terres rares, les forêts, en format papier
  • les placements or-papierL’assurance-vie permet de placer votre argent sur différents placements financiers afin de générer du rendement qui est supérieur à celui des fonds en euros – voir à celui de l’inflation. Placer votre épargne sur ces supports permet ainsi d’échapper à sa perte de valeur au fil du temps. Deux grandes classes d’actifs sont proposées dans les supports dits en unités de compte de [...]

De toutes récentes parutions d'un point de vue keldefisc.com.